Trail de Pécharmant 2014 (27 km) – 19/01/2014 – Creysse

Après avoir pris part à la reconnaissance organisée un mois auparavant, au cours de laquelle nous avions pu apprécier le parcours et le bon accueil des organisateurs, c’est tout logiquement que nous nous sommes inscrits sur l’épreuve du 27 km du trail de Pécharmant qui a eu lieu le 19 janvier dernier.

C’est sous une météo maussade mais sans pluie que nous sommes arrivés, un peu avant 9 h, ce dimanche matin. Sans doute que les nuages s’étaient suffisamment délestés la veille, lors de la course nocturne, mais l’eau qui s’était accumulée au sol a eu pour effet de rendre le terrain extrêmement boueux. Nous avons pu le constater en garant nos voitures…

cache_2435100062

Nous nous sommes dirigés vers le gymnase pour retirer nos dossards. En entrant dans le vaste local chauffé et aménagé pour l’occasion, nous avons eu l’agréable surprise de constater que les organisateurs avaient plutôt bien fait les choses et que tout avait été prévu pour le confort des coureurs : vestiaires, toilettes, douches, buvette équipée de son indispensable tireuse à bière. Chaque stand étant bien identifié et délimité, c’est sans difficulté que nous avons récupéré notre dossard, la bouteille de vin de Pécharmant ainsi que le « buff » aux couleurs du club organisateur, offerts à chaque participant.

Cédric, qui avait choisi de ne pas s’équiper d’un porte-bidon ou d’un sac d’hydratation, en a profité pour faire l’acquisition de l’éco-tasse vendue par l’organisation.

Chacun a pu retrouver des collègues de club pour discuter, dans une ambiance bon enfant où la décontraction et un certain plaisir à l’idée d’être là pouvait se lire sur les visages.

Après avoir effectué un rapide échauffement et reçu les consignes de l’organisation, nous nous sommes alignés sous l’arche de départ installée à l’entrée du gymnase.

cache_2435100074

Cédric vous livre son ressenti sur sa course :

Avant les grosses échéances sur route prévues en avril (marathon de Montauban et 50 km de Belvès), il m’a paru intéressant de m’aligner sur ce trail qui présente des portions assez roulantes qui permettent de courir à bonne allure. Compte tenu de ces objectifs de printemps, j’avais choisi la distance la plus longue pour ce trail, au désespoir du coach du club qui désapprouve totalement cette orientation.

Dès les premiers hectomètres, pas de surprise, le parcours est apparu conforme à ce que nous avions pu découvrir dans le cadre de la reconnaissance. Il est vrai que la connaissance du parcours constitue un avantage indéniable qui permet d’anticiper les difficultés et donc de mieux gérer son effort.

Quelques spécialistes du trail s’étaient alignés sur la course, dont Francis Inglès, vainqueur à une exception près de toutes les éditions précédentes. Personnellement, je n’avais aucune ambition particulière sur cette course, c’est pourquoi, après un départ assez nerveux, je n’ai pas cherché à m’accrocher à la bonne douzaine de coureurs qui ont rapidement pris les commandes de la course.

Bien que parti intercalé, j’ai essayé de garder en ligne de mire un groupe de coureurs qui s’était formé devant moi, au fil de ces premiers kilomètres. Finalement, à la faveur de certains passages rapides (8ème kilomètre parcouru en 3’49 » et la plupart des autres à une allure moyenne proche des 14 km/h), je suis revenu lentement mais progressivement sur les coureurs partis devant moi et, au ravitaillement du 11ème kilomètre, j’avais refait tout mon retard.

Un arrêt à ce ravitaillement m’a fait perdre les précieuses secondes d’avance sur les coureurs qui m’accompagnaient et qui ont choisi, pour la plupart, de continuer leur chemin. Malgré un ravitaillement rapide, j’ai dû encore m’employer pour refaire l’écart qui s’était à nouveau installé entre moi et mes compagnons du moment. A ce niveau de la course, je savais que le profil du parcours était relativement plat, voire ponctuellement descendant, et malgré quelques passages assez boueux, j’ai pu maintenir une allure assez soutenue.

J’ai fini par recoller au groupe à l’approche du ravitaillement du 18ème kilomètre, où j’en ai profité pour m’arrêter une deuxième fois avant d’aborder l’une des premières difficultés de la course.

findORElevation3

Dès le début de la bosse qui s’est présentée devant nous, je me suis replacé à l’avant du groupe pour monter à mon train sur un sentier monotrace, afin de ne pas subir l’allure des autres coureurs. Finalement, mes poursuivants ont semblé un peu coincer dans la montée et j’en ai profité pour accentuer mon avance,

Je savais qu’il restait une dernière partie à négocier vers le 21ème kilomètre, la plus difficile, qui débutait par une succession de deux montées assez brèves mais usantes. C’est à ce niveau du parcours que s’est effectuée la jonction avec les coureurs du 11 km et les marcheurs. Jusqu’à la fin de la course, il a donc fallu composer avec ces autres participants qui ont, pour la plupart, joué le jeu et n’ont pas hésité à faciliter le passage des coureurs plus rapides qu’eux.

Poursuivant mon effort sur une allure assez constante, j’ai rattrapé un coureur qui me précédait et que j’avais en ligne de mire depuis quelques minutes. Arrivé à son niveau, j’ai vu qu’il s’agissait de Mickael Pluyaud qui avait choisi de s’aligner sur le combiné. On s’est alors encouragés mutuellement.

Dans ce passage extrêmement glissant, après avoir réalisé plusieurs figures de style sans conséquence j’ai fini par chuter assez lourdement sur le dos. Je me suis relevé rapidement, sans trop de dommage, mais un peu déconcentré. Je suis alors arrivé dans la dernière ascension du parcours, un peu avant le 24ème kilomètre, où des portions extrêmement grasses rendaient encore la progression difficile.

Après ce passage délicat, j’ai rejoint une partie bitumée où se situait le dernier ravitaillement. J’en ai profité pour m’hydrater avant d’attaquer les 3 kilomètres du final que je savais assez plats. J’ai alors déroulé jusqu’à l’arrivée, persuadé à tort que les positions resteraient figées.

En effet, à la sortie de la dernière portion boisée qui débouchait sur la partie herbeuse attenante à l’aire d’arrivée, j’ai eu la surprise d’apercevoir le coureur qui occupait alors la deuxième place de la course. Il devait rester environ 300 mètres à parcourir et j’ai décidé d’engager un sprint avec l’énergie qu’il me restait. Parti dans son dos, j’étais déjà lancé et j’avais refait une partie de mon retard quand nous avons abordé la toute dernière ligne droite. Sans doute étonné par mon retour, alors qu’il avait également engagé le sprint je l’ai vu chuter devant moi. Moi-même surpris, j’ai alors coupé mon effort mais il s’est relevé immédiatement et s’est remis à sprinter avant de rechuter, ce qui m’a permis de le passer et d’en terminer dans ces circonstances de fin de course un peu inattendues. Après l’arrivée, ce coureur m’a avoué avoir été victime de crampes.

12033324933_aab0075599_b

Finalement, j’ai réussi à arracher la 2ème place de ce trail de 27 km (27,5 km exactement et 368 mètres de dénivelé positif selon mon relevé GPS) en 2h02′, mais en 4ème position en tenant compte des deux coureurs alignés sur le combiné qui m’ont devancé.

Bravo à eux et bravo à Francis Inglès qui a remporté une nouvelle victoire dans un temps canon de 1h50’09.

La matinée s’est achevée avec une bonne douche indispensable et la dégustation de quelques bières entre copains pendant que nous avons assisté à la cérémonie des podiums et à la remise des nombreuses récompenses.

Récit de course de Cyril :

Contrairement à mon frère qui avait participé au championnat de cross départemental à Tamniès, organisé le week-end précédent, c’est avec le trail de Pécharmant que j’ai décidé de débuter ma saison 2014 et de renouer avec la compétition. Je me suis inscrit à cette course dans le cadre de ma préparation en vue de ma participation au marathon-trail des forts du Périgord, qui aura lieu le 9 mars 2014. Après quoi, j’ai prévu de retrouver le bitume, avec mon frère, en m’alignant sur le marathon de Montauban puis sur les 50 km de Belvès sur lesquels j’avais pris pas mal de plaisir l’an dernier à participer.

Pour moi, l’année a donc commencé comme elle s’était achevée, puisque j’avais terminé l’année 2013 également par un trail. Toutefois, avec une distance de 27 km et un dénivelé positif annoncé de 400 m, cette course de rentrée s’annonçait plus modeste au regard des 58 km du trail d’Astérius couru en novembre.

Après avoir levé le pied en décembre, sous toutefois couper totalement, je me suis présenté au départ de cette course en phase de reprise d’entraînement, avec l’intention de participer en considérant cette course comme une sortie longue.

La reconnaissance m’a permis de bien mémoriser les spécificités du parcours. Je savais donc à quoi m’attendre. Les conditions de course se sont révélées toutefois plus délicates que lorsque nous étions venus un mois auparavant. Et, j’avais beau avoir des Salomon aux pieds, le modèle Mantra faiblement cramponné que j’étrennais là sur compétition n’a vraiment pas été à la fête sur les nombreuses parties boueuses…

Comme à mon habitude j’avais décidé de partir prudemment. Devant, c’est parti en revanche très vite et je n’ai donc pas cherché à suivre. Même si le peloton s’est rapidement étiré, je me suis retrouvé intercalé à courir en file indienne, dans un faux rythme qui m’a un peu perturbé. Peinant à trouver mon souffle et une allure convenable, je me suis fait dépasser par bon nombre de coureurs dont Gonzo, mon collègue de club, que j’ai laissé filer au 3ème km.

Difficile d’évaluer ma position à ce moment là car nous étions mélangés avec les participants du combiné qui faisaient l’objet d’un classement particulier. Il y en avait certainement dans le lot qui avaient couru la nocturne de la veille et qui, pourtant, semblaient plus frais que moi qui n’avais pas couru.

Ce n’est véritablement que vers le 12ème km que j’ai commencé à « rentrer » dans la course. Après avoir longtemps suivi un groupe constitué de 3 à 4 coureurs, dont une féminine qui semblait très régulière et évoluait avec une belle foulée, je suis progressivement revenu au train, reprenant un à un les coureurs qui m’avait dépassé en début de course.

Maintenant l’allure, c’est davantage à la faveur de mon petit gabarit et des montées que j’ai pu revenir sur les coureurs qui me précédaient, que sur les parties plates où j’ai senti que je manquais encore un peu de vitesse. Après avoir recollé avec un concurrent, au sommet de la côte du 18ème km, que j’ai suivi sur 4 km, c’est seul que je me suis présenté au pied de la dernière ascension. J’ai alors éprouvé des difficultés pour progresser dans ces parties boueuses en devers, où j’ai eu bien du mal à rester debout. Mes nombreuses pertes d’adhérence m’ont valu quelques glissades plus ou moins bien maîtrisées, sous le regard et les cris de certains marcheurs effrayés. Certaines parties étaient tellement glissantes qu’il me semblait que, en dépit de toute ma débauche d’énergie, je n’avançais quasiment pas. Je me suis mis alors à alterner course et marche rapide, qui me semblait plus adaptée.

Arrivé au sommet, je savais que les principales difficultés étaient passées et que je pouvais alors dérouler. Après une hésitation à une intersection, due à une absence de balisage, je suis arrivé sur la dernière partie du parcours. J’ai alors aperçu Gonzo un peu plus loin qui m’avait dépassé au départ. Je l’ai repris au dernier kilomètre. Arrivé à son niveau, je lui ai proposé de finir ensemble, mais il a semblé un peu coincer et m’a dit de ne pas l’attendre.

J’ai donc terminé seul cette course, finalement à la 10ème place, avec un chrono de 2h16’40.

A l’arrivée, mon sentiment était mitigé. Après un début de course en dedans, et même si j’ai retrouvé après coup quelques bonnes sensations, je n’ai pas été en mesure de relancer autant que j’aurais voulu. Je retiendrai quand même, au titre des points positifs, que la condition physique était là, car je n’ai connu aucune défaillance ni de véritable « coup de mou ». Cette sortie longue devrait m’être profitable pour la suite de ma préparation et m’aura permis également de faire du travail en côte, toujours bénéfique quel que soit le type de course envisagée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s