Le marathon des villages – Lège Cap Ferret – 8ème édition – 12/10/2014

Grâce aux 2 dossards gagnés, par l’intermédiaire du challenge organisé par le site Running Heroes, nous avons eu l’opportunité de participer à la 8ème édition du marathon des villages qui s’est déroulée le 12 octobre dernier.

marathon-des-villages

Une course qui n’était pas vraiment prévue à notre programme, une semaine après avoir couru le semi-marathon de Bergerac et à 15 jours du marathon de Toulouse, sur lequel nous avons décidé de nous aligner pour la 3ème année consécutive.

Pour avoir lu les récits détaillés de Greg Runner, qui connaît bien cette course qu’il a pu observer aussi bien en tant que spectateur, que comme coureur assidu, en solo et en duo, nous avions déjà eu un bon aperçu de l’épreuve.

Un coup d’œil sur le site de la course a fini de nous convaincre de nous joindre aux près de 1 500 coureurs qui s’étaient inscrits cette année. Un nombre qui n’a cessé de croître depuis la première édition, organisée en 2007, qui avait déjà permis de réunir à l’époque 771 coureurs.

Un succès grandissant donc pour une course qui se veut avant tout populaire et festive, organisée en plein cœur d’un magnifique cadre protégé situé entre Bassin d’Arcachon et océan Atlantique.

Traversant la forêt océane au milieu des pins maritimes, le parcours alterne entre route goudronnée (environ pour moitié), chemins de terre, de calcaire ou d’huîtres concassées, piste cyclable et même quelques portions ensablées. De l’aveu même des organisateurs, celui-ci n’a pas été dessiné pour la performance (le record de l’épreuve, établi en 2012, est tout de même de 2h33’42), mais pour faire découvrir aux participants tout le charme de la presqu’île du Cap Ferret.

Ce tracé plutôt vallonné (près de 300 m D+) comporte d’innombrables changements de direction et plusieurs petites difficultés (la Pointe aux Chevaux au 11ème km, la montée des marches au 39ème km…) qui en font un marathon à la réputation « casse-pattes » et peu roulant.

Autant le dire tout de suite, nous n’y allions pas à la base avec l’idée d’y réaliser une performance, mais plutôt pour passer un bon moment et peaufiner notre préparation en vue de l’échéance prochaine de Toulouse.

Pour l’occasion, Fredito du club des Rapid’Eaux faisait partie également du voyage et affichait, pour sa part, des ambitions chronométriques avec l’objectif de passer sous les 3 heures. Histoire de mettre un peu de pression, le pari avait été lancé que le premier des 3 à arriver, commanderait les bières, le dernier les paierait !

SAMSUNG

(Frédito et Cyril à l’arrivée)

Nous sommes arrivés tôt, le matin de la course. Alors que la météo avait été maussade toute la semaine, et qu’il avait même plu à verse une partie de la nuit, le ciel s’est finalement dégagé pour laisser place à une belle journée ensoleillée.

Nous sommes partis comme prévu, à 9 h 30, pour effectuer une première boucle de 16 km qui nous a menés vers les vallons du Canon, en passant par une forêt de pins. Après avoir traversé le centre équestre, où un concours était organisé, nous avons pris la direction de la Pointe aux chevaux et du village du Piquey, pour revenir au village de Piraillan où ont lieu traditionnellement le départ et l’arrivée de la course.

a

(Cédric – maillot bleu – au passage de la première boucle)

Une fois le passage de relais effectué, pour les participants du marathon en duo, nous sommes repartis pour une seconde boucle de 26 km en direction de la pointe de la presqu’île, en longeant la forêt domaniale, par la route départementale. C’est à partir de là que les effets du vent, soufflant par petites rafales ce jour là, ont commencé à se faire ressentir. Nous avons poursuivi notre route, en passant au pied du phare jusqu’à la pointe du Cap Ferret, où nous avons effectué un demi-tour.

Cette deuxième partie est sans doute la plus plaisante du parcours. Elle permet de passer à l’intérieur même des villages ostréicoles, où l’on peut admirer les nombreuses cabanes bariolées typiques de la région.

jpg-69303_1319844299_1425570128

(Cabanes ostréicoles du Cap Ferret)

Restait alors à aborder la fameuse montée des marches de l’escalier, ascension au terme de laquelle on peut profiter d’une vue incomparable sur tout le bassin d’Arcachon.

A l’arrivée, malgré un parcours exigeant et des conditions météo pas des plus favorables (chaleur sur la fin de course et surtout vent), Cédric est parvenu à réaliser une belle performance en se hissant à la 6ème place, après un peu plus de 2 h 55 de course. Un temps qui lui a permis de monter une nouvelle fois sur le podium, en prenant la 2ème place du classement de la catégorie V1.

SAMSUNG

(Cédric sur le podium – 2ème V1)

Fredito échoue, quant à lui, à une poignée de secondes seulement de son objectif, en terminant en 3 h 02 à la 11ème place du classement.

Après avoir relâché son effort un peu avant la mi-course, Cyril aura mis au final 3 h 15 pour parcourir les 42,195 km, arrivant 32ème sur 704 coureurs classés.

Mention spéciale pour les périgourdins du Périgueux Running, Sébastien Girard et Antony Gibaud, qui remportent la victoire en duo en établissant, au passage, un nouveau record de l’épreuve en 2 h 49.

SAMSUNG

(L’équipe du Périgueux Running – 1ère en duo sur marathon)

Après avoir attendu l’arrivée en fanfare de la voiture balais et des deux derniers concurrents, fêtés comme de véritables héros sous les chants et les ovations du public, nous avons assisté à la remise des prix et au tirage au sort de la tombola, qui sont venus achever une journée riche en émotions. Nous sommes repartis la tête pleine d’images, avec l’envie de revenir l’an prochain pour tenter, pourquoi pas, une participation en duo.

Un grand merci encore une fois à Running Heroes qui nous aura permis de vivre cette belle aventure.

Album photos

Résultat marathon solo

Résultat marathon duo

Article Sud Ouest du 13/10/2014

Publicités

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Patrick dit :

    Bravo pour ces performances respectives!!!
    Et bon courage pour Toulouse.
    2 marathons en 3 semaines… il va falloir gérer!
    Bonne course!

  2. Merci pour ces encouragements. 2 marathons en 15 jours pour être plus précis 😉 !

  3. Greg Runner dit :

    Bravo les gars pour cette performance, alors que le vent était de la partie. J’espère que vous avez bien apprécié la presqu’île!

    1. Oui pas mal de vent en effet, ce qui n’enlève rien à la beauté du site, mais tu connais ! Qui sait, le bon air de là-bas t’aurait peut être évité la grippe… Super week end en tout cas qui donne envie de remettre ça, pourquoi pas en duo comme toi, après une tentative en solo. Après l’Aquaterra, le marathon des Villages, décidément on marche sur tes pas Greg !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s