Brooks T7 racer : passez à la vitesse supérieure !

Fidèles utilisateurs de la ST5 racer de chez Brooks, nous avons déjà eu l’occasion de vous dire tout le bien que nous pensions de ce modèle lors d’un précédent test.

Poursuivant l’exploration des produits de la marque, Cyril s’est procuré il y a plusieurs mois déjà une paire de T7 racer pour une utilisation lors de ses entraînements sur piste et pour ses séances rythmées sur route. Après les avoir testées plus de 400 km dans différentes conditions, il vous livre le fruit de son analyse.

Présentation

Plutôt méconnue, la Brooks T7 racer n’en demeure pas moins l’un des modèles emblématiques de la marque américaine. Dérivée de la T3 sortie il y a plus d’une dizaine d’années, qui avait elle-même succédé à l’Hypérion, elle a subi depuis son origine plusieurs évolutions au fil du temps

A l’exception notable du dessin de la semelle d’usure demeuré inchangé, des modifications ont été apportées notamment au niveau du système de laçage ainsi que de la semelle intermédiaire.

Même si elles portent le même patronyme, la T7 se démarque assez nettement de sa grande sœur la ST5, et c’est plutôt en direction des modèles de pointes de la marque (Mach…) qu’on lui trouvera des gênes communs. Légère et près du sol, elle est clairement taillée pour la performance.

benefit_T7Racer_u

Caractéristiques

Modèle : unisexe

Poids : 183 gr (taille 43)

Type de pied : universel

Drop : 12 mn

Coloris : Nightlife / black (2015)

Prix public : 100 €

Le test

La découverte du produit, lors de l’ouverture du carton d’emballage, ne laisse aucun doute sur l’usage auquel la T7 est destinée.

Véritable poids plume, sa tige est plutôt dépouillée, hormis la présence d’une incrustation du nom de la marque, du plus bel effet, au niveau de l’empeigne. Elle dispose d’une semelle simple densité qui se révèle particulièrement souple et flexible.

100019_724_s_ZMPour autant, ces caractéristiques n’en font pas une chaussure minimaliste car, avec un drop de 12 mn et surtout un chausson plutôt étroit, on s’éloigne des standards du genre.

D’ailleurs, le modèle chausse plutôt petit et, pour plus de confort, les avis semblent unanimes : il ne faut pas hésiter à prendre une demi-pointure au-dessus de sa taille habituelle pour s’y sentir à l’aise.

Une fois aux pieds, on a l’impression de ne rien porter. Le mesh extrêmement fin contribue à accentuer cette sensation de légèreté. Le pied, parfaitement enveloppé et maintenu notamment au niveau de la voûte plantaire, n’est toutefois pas comprimé ; le mérite revenant sans doute à un système de laçage asymétrique plutôt efficace d’un point de vue anatomique.

2956197-1-4xEn course, l’amorti bien que réduit apparaît toutefois efficace et suffisamment dosé, que ce soit au niveau du talon ou de l’avant-pied. Du fait de sa proximité avec le sol, cette chaussure facilite le travail au niveau du pied et peut permettre ainsi au coureur d’améliorer ses appuis.

2015 04 05 ASPTT Semi Eden PX (196)Une fois passée une petite période d’adaptation (pour les personnes peu habituées à courir près du sol), les sensations de vitesse que procure la T7 sont assez grisantes.

Testée à l’entraînement sur piste synthétique en tartan et sur route goudronnée, dans des intervalles d’allures allant de 15 à 20 km/h, sur des séances de VMA courte et longue, ou de seuil, la chaussure s’est révélée à chaque fois d’une redoutable efficacité.

Utilisée également à deux reprises en compétition, la T7 a démontré qu’il était possible de l’exploiter efficacement sur une distance allant jusqu’au semi-marathon.

Si, comme l’indique le fabriquant sur son site, vous avez « une ossature légère et une foulée efficace d’un point de vue biomécanique », vous pourrez peut être envisager de faire un marathon complet.

Vous aurez alors sûrement suffisamment de talent pour figurer parmi l’élite, en étant capable de finir dans le top 100 de l’un des marathons majeurs (pour une analyse des chaussures portées par les 100 premiers du marathon de New-York lors des 2 dernières éditions 2013 et 2014 : ici et ) !

Notre avis

La T7 mérite incontestablement son appellation de racer. Conçue pour la vitesse et la compétition, elle répond parfaitement aux attentes.

Sur piste, où elle excelle, elle pourra servir en usage exclusif pour travailler tous les types de séances axées sur le développement de la VMA.

Sur route, du fait de la relative fragilité de sa semelle au contact des surfaces abrasives, on la réservera pour des usages en compétition sur de courtes distances (5, 10 km, voire semi-marathon), ou pour des séances de qualité. Elle pourra alors être utilisée en complément d’une seconde paire de chaussures plus amorties, servant lors des sorties de récupération, d’endurance ou des sorties longues.

Dans les 2 cas, on la recommandera à des coureurs plutôt légers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s