La boucle du camp Mercédès et des sommets – Bassillac : sur les sentiers de la résistance

Réputée pour être une terre de résistance, la Dordogne comporte de nombreux lieux et vestiges datant de la seconde guerre mondiale témoignant des innombrables actes de bravoure et combats menés pour la libération.

En parcourant la boucle du camp Mercédès, vous marcherez sur les pas de ces femmes et de ces hommes qui ont oeuvré dans l’ombre.

Réalisé par une association de réinsertion, grâce aux financements des collectivités locales, ce sentier vous mènera sur les hauteurs de Bassillac, à travers le maquis où les résistants avaient érigé leur camp. Vous trouverez tout au long de ce parcours 14 sculptures, réalisées sur bois ou sur pierre, constituant autant d’évocations de cette résistance.

Itinéraire pas à pas

Construit autour d’une même thématique, mais sans suite logique, la boucle du camp Mercédès pourra se faire indifféremment dans un sens ou dans un autre.

Le départ s’effectue depuis le parking situé en face de la mairie. Prenez en direction de la boucle des sommets (balisage jaune).

IMG_2563

Montez jusqu’à l’église puis tournez à la première à gauche sur la route du camp Mercédès.

Après 100 m tournez à nouveau à gauche, vers le lieu-dit les « Granges ». Prenez la première à droite sur la route goudronnée. Au bout de 500 m, vous arrivez à une intersection où se trouve la stèle du chant des partisans. Continuez tout droit sur le chemin de terre.

Une fois passée la silhouette de « l’homme debout », vous arrivez au niveau de l’homme de pierre et des moutons de Panurge (c’est à ce niveau que la boucle des sommets et celle du camp Mercédès se séparent).

IMG_2576

Si vous ne souhaitez pas poursuivre sur la boucle des sommets, ignorez ce chemin à gauche qui monte, continuez tout droit et aussitôt après, à la fourche, prenez à gauche.

En poursuivant votre progression, vous passerez alors devant une stèle érigée en mémoire de 3 étudiants allemands, guillotinés le 22 février 1943 près de Munich, dont le crime fut de dénoncer dans leur pays l’existence des camps de concentration.

C’est au niveau de la représentation du passeur que la jonction s’opère avec la boucle des sommets, pour faire à nouveau boucle commune.

Vous passerez ensuite devant la femme à l’enfant, et vous vous ferez peut être surprendre par la sentinelle postée sur le talus un peu plus loin.

IMG_2603

Au niveau de la route goudronnée, prenez à droite, puis à nouveau la première à droite.

Sur cette section se succèdent 6 représentations (une sculpture de poing levé en signe de résistance, un message diffusé par radio Londres « Beau temps sur Mercédès », le témoignage d’une résistante, un mur d’expression de mémoire collective, une charrette et une scène de parachutage).

IMG_2621

Au niveau de la stèle de Lalivain (en hommage à André Debet, résistant), prenez à droite. Poursuivez en suivant le balisage jaune. Il vous restera à découvrir une dernière représentation constitués de plusieurs obélisques, symbolisant l’unité entre les peuples, avant de revenir à votre point de départ.

Notre avis

D’une distance de 6,6 km (D+ 128 m), la boucle du camp Mercédès constitue en réalité une variante raccourcie de la boucle des sommets, prenant la forme d’une boucle dans la boucle (avec une telle configuration, le randonneur se voit même offrir la possibilité d’une troisième boucle moyennant l’enchaînement de la section aller/retour commune et des deux segments spécifiques à chaque circuit).

Mercedes

Sans réelle difficulté, elle s’effectue sur des chemins larges et bien entretenus, alternant revêtement en bitume, chemin de terre ou en calcaire, dans un agréable cadre champêtre et boisé.

Les nombreuses représentations en font un lieu chargé d’histoire et confèrent à la balade une tonalité particulière, qui ne peut laisser le randonneur indifférent. On pourra se laisser aller sans difficulté, dans un tel environnement, à un travail de mémoire et de contemplation.

Les plus sportifs pourront opter pour la boucle des sommets (8,5 km / D+ 179 m). Plus longue de près de 2 km, elle comporte en outre 2 petites difficultés supplémentaires, sous la forme d’une première montée sèche (située juste après la séparation avec la boucle du camp Mercédès), suivie un peu plus loin d’une montée plus longue et particulièrement adaptée aux entraînements en côte, qui viennent pimenter le circuit. Un parcours varié et plus vallonné donc, qui pourrait sans problème servir de cadre à l’organisation d’une course nature.

Sommets

Ces deux circuits peuvent se faire à pied (sous forme de randonnée pédestre, en marche nordique ou en courant) ou en VTT.

On pourra poursuivre la balade en enchaînant par exemple avec la boucle des Bruges ou celles des fontaines, situées à proximité, ou avec celle d’Eyliac, un peu plus éloignée, en direction de la commune du même nom.

Photos

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. denis chadourne cours de pile dit :

    très très bien ,de l’histoire ,du sport sur un des hauts lieux de la résistance en Dordogne

  2. ccdumonteil dit :

    c’est exactement ça, Denis, une sortie originale qui mélange à la fois sport et histoire, où l’on peut faire travailler la tête et les jambes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s