100 km de Belvès : une édition 2017 placée sous le signe de la nouveauté

A l’heure où les athlètes entrent dans la dernière ligne droite de leur préparation, Jean-Pierre SINICO a gentiment accepté de répondre à nos questions pour faire le point sur la 41ème édition des 100 km de Belvès, qui aura lieu le 22 avril prochain.

Toujours aussi affable et fin connaisseur du monde de l’ultra-fond, le président du CA Belvès nous a détaillé les nouveautés du parcours du 100 km, qui a été sensiblement remanié. Il s’est également expliqué sur les raisons du retour du 50 km.

Après seulement deux éditions pour le marathon, on assiste cette année au retour du 50 km. Quels sont les raisons de ce revirement ?

Bien que reconnue par les instances internationales (IAU), l’épreuve des 50 km n’était pas, jusqu’à une date récente, considérée comme une distance officielle par la FFA.

Par ailleurs, à l’époque il n’existait pas de marathon en Dordogne.

Afin de combler cette lacune et relancer l’intérêt autour de cette épreuve annexe aux 100 km, nous avions pensé qu’il serait pertinent de proposer une course sur la distance « mythique ».

Malheureusement, nous avons souffert de la concurrence directe du marathon de Bordeaux, qui a vu le jour la même année, et qui se déroule quasiment à la même date. De plus, le marathon de Périgueux a également fait son apparition, un an plus tard, de sorte que l’engouement pour ce nouveau format est resté mitigé.

C’est pourquoi, afin de répondre aux demandes de certains coureurs qui regrettaient la disparition du 50 km, nous avons décidé de réhabiliter cette épreuve à la distance un peu atypique en France. Mais les choses pourraient changer, et j’ai bon espoir qu’un championnat de France puisse voir le jour très prochainement, sur cette distance, sur lequel nous pourrions nous positionner en faisant acte de candidature pour l’organisation.

Le 50 km n’ira plus à Sarlat. Son parcours est calqué sur celui du marathon avec un aller-retour à Belvès. Pourquoi ne pas avoir retenu le tracé historique du 50 km ?

Le tracé historique du 50 km (parcours en ligne de Belvès à Sarlat en suivant celui des 100 km) imposait des contraintes logistiques lourdes à gérer, avec notamment la mise en place d’un système de navettes.

Le nouveau tracé est calqué sur celui du marathon. Nous l’avons rallongé à mi-parcours, sous la forme d’une boucle qui ira rejoindre la Dordogne pour un retour sur Saint-Cyprien.

Ce parcours, qui a fait l’objet d’un mesurage officiel, ne comporte pas de difficulté majeure, hormis la côte finale pour arriver à Belvès.

Tous les coureurs (50 et 100 km) arriveront ainsi au même endroit, ce qui est mieux aussi pour le spectacle et le public.

Le tracé du 100 km a également été revu. Qu’est ce qui a motivé ce changement ?

Notre choix a été guidé par 2 motivations principales.

Tout d’abord, une volonté de renouvellement du parcours afin de donner un regain d’intérêt aux habitués, et supprimer certains passages qui faisaient l’objet de critiques négatives de la part des participants.

Ensuite, nous avons également travaillé à rendre le parcours plus rapide afin de favoriser la performance pour les coureurs à la recherche de chronos.

100 km

100 km 2017 : le parcours

Ces deux lignes directrices nous ont conduits à apporter les modifications suivantes au parcours historique, qui se concentrent principalement sur le 2ème tiers du tracé :

  • la bifurcation après La Roque-Gageac, au niveau du lieu-dit Les Ecoles, a été supprimée. Le parcours aller file désormais tout droit à la sortie de La Roque-Gageac pour rejoindre Cénac, puis Vitrac-Port, par un itinéraire moins direct qu’auparavant, sur la rive opposée de la Dordogne. Ce changement va rendre le parcours sensiblement plus roulant sur cette portion qui était réputée un peu délicate ;
  • on note également un changement au niveau du passage à Montfort, qui s’effectuera désormais par une route secondaire dont le profil sera toujours en montée, mais plus progressif que le précédant qui empruntait la route départementale ;
  • la boucle sur le retour, au niveau de Castelnaud-St-Cybranet, a également été supprimée ; elle ne faisait pas l’unanimité chez les coureurs et pouvait faciliter des tricheries de la part de concurrents peu scrupuleux.

A la lecture de la liste des inscrits, les favoris habituels du 100 km semblent faire défection cette année. Il semblerait que les meilleurs spécialistes français aient privilégié un 100 km en Italie.

Effectivement, Hervé SEITZ ne pourra être présent pour défendre sa couronne, puisqu’il devrait s’aligner en mai sur un 100 km en Italie. Pas de Jérôme BELLANCA ni de Michael BOCH non plus, pour l’heure, mais les inscriptions sont loin d’être bouclées. Nous savons que certains athlètes sont adeptes des engagements de dernière minute…

13040997_1171219976235290_5136207610625745674_o

(Jean-Pierre SINICO et Hervé SEITZ, vainqueur de l’édition 2016 des 100 km)

Quels sont donc, pour cette édition 2017, vos favoris pour les 50 et 100 km ?

Cette édition 2017 s’annonce relativement ouverte et pourrait favoriser les outsiders comme Fabrice DEBACKER (PB : 8h11’53), Daniel CARDOSO-DIAS (PB : 8h14’52), Ludovic VIROULEAUD (PB : 8h12’19) et les coureurs locaux comme Frédéric VIDOTTO (PB : 8h38’47) ou Samuel DUVAL (PB : 8h29’19) sur l’épreuve des 100 km.

(Samuel DUVAL et Frédéric VIDOTTO)

Sur les 50 km, Véronique JUMEAUX (PB : 4h01’07) s’annonce comme la grande favorite chez les femmes.

17266750435_09c7bf82f1_o.jpg
Véronique Jumeaux à l’arrivée, en 2015, lors de sa victoire sur le marathon de Belvès

A 3 semaines de la course, quel est le niveau des inscriptions ?

Nous tablons sur une édition dans la moyenne, en terme de participation. Il faut reconnaître que les courses sur route, et notamment les épreuves d’ultra-fond, pâtissent depuis quelques années de l’intérêt croissant pour les courses nature, pour lesquelles le choix est pléthorique en terme d’ultra-trail.

Nous ne nous fixons pas d’objectif particulier, mais une participation à hauteur de 400 à 500 coureurs serait déjà satisfaisante.

Quels sont les projets pour les prochaines éditions ? Une candidature pour être support d’un championnat (national, européen voire mondial) est-elle à nouveau envisagée ?

Nous avons démontré par le passé notre aptitude à organiser, à plusieurs reprises et avec succès, des championnats nationaux et même européens (2013). Une nouvelle candidature à un horizon de 2 ou 3 ans est envisagée pour l’organisation des championnats de France des 100 km.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s