De belles batailles sur le Périgord Grand Trail

Lalinde, petite bourgade nichée en plein coeur du Périgord pourpre, aura été l’espace d’un week-end l’épicentre d’une intense activité sportive. Plus de 600 participants ont rejoint ce petit coin de Dordogne pour disputer, ce week-end, la 4ème édition du Périgord Grand Trail (PGT).

Les 3 épreuves proposées (17 km, 42 km, 85 km) ont donné du fil à retordre aux coureurs mais, une chose est sûre, ils sont repartis avec des images plein la tête et sans doute aussi avec les jambes un peu endolories.

Pour 2019, les organisateurs avaient pris des risques en décidant de raccourcir la distance de l’ultra-trail à 85 km, et en créant une nouvelle épreuve courte (la Légende) courue en ligne, avec un départ donné depuis le majestueux château de Lanquais (le « Louvre inachevé ») et un final par le nouveau sentier des cygnes ouvert le long des berges de la Dordogne.

60531374_1241623822671021_5171131677967122432_o

Un pari osé mais qui s’est révélé payant. La participation en hausse, surtout sur l’épreuve longue, leur a donné raison et laisse espérer de belles perspectives pour les années à venir.

Même l’orage qui s’est abattu en toute fin de journée sur les participants de la dernière épreuve du jour, la Légende, ne sera pas parvenu à ternir la bonne ambiance qui régnait sur la base de loisirs du Moulin de La Guillou, où se trouvait l’ensemble du dispositif de la course.

Sur cette nouvelle épreuve, le grand favori Guillaume Francke (team Provence Endurance) l’emporte haut la main. Il s’impose avec près de 4 minutes sur son poursuivant, le jeune Melvin Douchet (Team Endurance Shop Périgueux). Alan Barry complète le podium.

Chez les filles, Marine Vigier n’a pas fait dans la dentelle en reléguant Marie-Laure Antraygue et Karine Deville (CACC Running) à 13 minutes. Elle prend au passage une 10ème place au classement scratch. Une belle performance pour la licenciée du Périgueux Running revenue à son meilleur niveau, après une période de blessure.

Bravo à eux qui sont les premiers à inscrire leur nom dans « la Légende ».

Il est à noter que cette course était également ouverte aux bénévoles du Périgord Grand Trail. Une façon originale pour l’équipe d’organisation de récompenser le travail de celles et ceux qui offrent de leur temps et de leur énergie pour contribuer à la réussite des courses locales.

60363703_2421490491197332_3426422366404608000_n

Plus tôt dans la journée, c’est à la lueur des lampes frontales et du magnifique feu d’artifices tiré depuis la chapelle Saint-Front que les coureurs engagés sur l’ultra se sont élancés.

Après un passage par le sentier technique du Coulobre et un regroupement général suite à l’erreur d’un signaleur au 8ème km, la file des concurrents s’est rapidement étirée sous l’impulsion d’Antoine Palluas, tout juste 22 ans, auteur d’un départ tonitruant. En tête de la course jusqu’au 60ème km, il a été contraint à l’abandon au niveau de la base de vie de Molières.

Disposant du champ libre, les 2 principaux favoris, Dominique Vidalinc (Aurillac Athlétisme) et Gawen Bremond (Bouliac Sport Plaisirs), allaient alors se livrer à un beau duel dont sortira vainqueur à l’arrivée le coureur cantalien, plus solide sur la partie finale. Il lui aura fallu 8h31’55 pour parcourir les 87 km. Cyril Dumonteil (Périgueux Running) prend la 3ème place.

Le classement féminin est remporté par Irène Aubrée (CA Plassac). Elle réalise un temps de 9h23’09 (10ème place au scratch). Sophie Bigault (EFS Reims Athlétisme) se classe 2ème. Frédérique Barbareau (Footing Mougon) prend la 3ème place.

Sur la distance marathon, on retrouvait les mêmes modifications de parcours, par rapport à 2018, que celles apportées sur l’ultra à qui elle emprunte une partie de son tracé.

Ainsi, dès le début de course, les coureurs devaient emprunter dans le prolongement du sentier du Coulobre un cheminement hors piste tout aussi exigeant. Aux alentours du 30ème km ensuite, une modification faisait dévier les participants pour prendre une montée sèche à flanc de rocher, jusqu’au point culminant du cingle de Trémolat donnant accès à un promontoire. Un passage au cours duquel bon nombre de coureurs en ont profité pour faire une pause et admirer le magnifique point de vue sur la vallée.

60003341_10218933425749408_3522358900571504640_o

Avec ces quelques changements, sur une distance quasiment identique à celle de l’an passé, le record de l’épreuve semblait difficile à battre, même pour le toulousain Nicolas Miquel, grandissime favori de l’épreuve. C’est pourtant ce que ce dernier est parvenu à faire en l’emportant avec un chrono de 3h26, améliorant ainsi d’une minute la meilleure marque sur cette course.

Autre grand favori, Jonathan Gerthofer, qui faisait ses débuts sur cette distance, a dû rapidement se résoudre à la 2ème place avant de devoir abandonner au 32ème km, miné par des douleurs au dos.

La deuxième place s’est finalement jouée entre ses 2 poursuivants du jour, Cédric Dumonteil (Périgueux Running), second de l’édition 2018, et Paul Denizeaux, un jeune parisien dont le nom ne figurait sur la liste des favoris mais qui dispose de références chronométriques très solides sur piste et route (avec un record de 2h34′ sur marathon). Le dénouement est intervenu à 6 km de l’arrivée, en faveur du périgourdin qui distance à l’arrivée Paul Denizeaux de 2 minutes.

60102555_1241617342671669_6456811497866657792_o
(Podium masculin – trail des Bastides 2019)

Chez les filles, les deux copines du team Rrun ont fait honneur à leur sponsor, également partenaire de la course. Delphine Soulard et Pauline Soreda, les deux « frappadingues » comme elles aiment s’appeler, ont réalisé un joli doublé en décrochant respectivement la 1ère et 3ème place de l’épreuve. Florence Morrisseau (AS Brioux) s’intercale à la 2ème place.

60054700_10219377050247936_7324004616570404864_n
(Podium féminin – trail des Bastides 2019)

Forts du succès de cette 4ème édition, les organisateurs ont d’ores et déjà annoncé leur volonté de repartir en 2020, avec une notoriété et des moyens grandissants (site Internet, suivi live, certification et points ITRA, sponsors…) qui ne devraient pas tarder à faire entrer le PGT dans la cours des grands. Il confirme ainsi, si besoin était, que le Périgord n’est pas seulement riche de son patrimoine historique, architectural ou culinaire, mais qu’il peut aussi être une grande terre de trail.

Résultats

OK TIME (3 distances avec les temps intermédiaires)

Photos

Blue Marine

ASPB :

Vidéo

Trail des Bastides (Laurent Le Govic)

UDP (Serial traileuse)

 

 

Publicités

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Un très belle article comme toujours, cette course était magnifique! merci encore pour le petit clin d’œil à notre team frapadingue =)
    Au plaisir de te lire
    Pauline

    1. ccdumonteil dit :

      Merci à toi, et encore bravo pour ta course.

  2. Franck ROSSIN dit :

    Bravo Cédric et Cyril pour vos performances respectives sur le Périgord grand Trail. En tant que coureur , j’ai beaucoup de respect pour vous deux, vous êtes de beaux exemples pour nous tous et vous sublimer notre sport au travers de vos très belles performances mais aussi au travers de vos superbes articles que je dévore a chaque nouvelles parutions . Alors encore bravo a vous deux et continuez a nous faire rêver.
    Franck

    1. ccdumonteil dit :

      Merci à toi, ta première place au challenge des trails longs du Périgord montre que tu es un sacré compétiteur, ça va être difficile pour aller te chercher, alors à bientôt sur une prochaine course

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s